Quand et à qui vint l’idée d’utiliser l’amande si parfumée de l’abricot ? Nul ne le sait avec certitude. Il semblerait que dès 1698, une aubergiste, Madame SUZANNE, proposait le Noyau de Poissy à ses clients dans son établissement  et qu’il était de pratique courante, au 18ème siècle, que la liqueur à base de noyaux de fruits, fabriquée à Poissy soit servie dans les auberges et hôtelleries fréquentées chaque jeudi par les nombreux vendeurs et acheteurs du marché aux bestiaux…

Et si les deux liqueurs Noyau de Poissy (Sceau de Saint Louis et Gobelet d’Argent) sont aujourd’hui fabriquées  par la même société, ce ne fut pas toujours le cas.

UN SEUL NOYAU
Vers le milieu du XVIIIè siècle, Léon VIOLLEAU s’installe à Poissy comme marchand épicier avec son fils Ambroise qui lui succèdera en 1800. Ils demeurent à l’angle de la rue de Paris (actuelle Rue du Général de Gaulle où se situe, aujourd’hui encore, la distillerie du Noyau de Poissy). Marguerite Violleau (fille d’Ambroise) loue la maison à Alexandre DELPORTE à la mort de son père (1825). Celui-ci exploite la liqueur de Poissy.

Vers 1826, le fabricant, Alexandre DELPORTE, reçut de la Duchesse de Berry, belle-fille du Roi Charles X, un gobelet d’argent en récompense pour la qualité de sa liqueur, d’où son nom « Noyau de Poissy au Gobelet d’Argent ».

Mais la famille Delporte doit quitter Poissy en 1855. Louis Amédée LEGAY lui succède. Son gendre, Auguste Duchemin, le seconde avec compétence. En 1882, la veuve DUCHEMIN revend le fonds de commerce à Alphonse Louis DUMONT, lequel s’emploiera à promouvoir sa liqueur comme étant le « Véritable Noyau de Poissy ».

D’AUTRES LIQUEURS
Pendant ce temps-là, l’actuelle distillerie de Poissy n’était autre qu’une auberge, avec un grand portail qui ouvrait sur le marché aux bestiaux.

Puis, au XIXè siècle, des liquoristes utilisèrent les cuves de l’auberge, notamment pour y fabriquer une « Liqueur de l’Abbaye de Poissy », la Ludivine.

En effet, en 1846, il y aurait une vingtaine de distillateurs à Poissy. L’un d’entre eux, Alfred CHAUMONT puis ses petits-fils Gaston et Edmond, fabriquent différents « sirops » dont le plus connu est la Ludivine qu’il déclare en 1892, « liqueur de l’Abbaye de Poissy ».

En 1904, Frédéric FANCHON prend la succession des Frères CHAUMONT ; puis il revend son fonds de commerce à Joseph DUVAL en 1906, qui déposera ultérieurement la marque « Noyau de Poissy » pour désigner la liqueur qu’il fabrique.

Pendant ce temps, Marguerite DUMONT, qui a succédé à son père en 1923 et repris la tête de l’entreprise familiale, œuvre pour la reconnaissance de sa liqueur « Noyau de Poissy au Gobelet d’Argent ».

C’est durant cette période que la concurrence DUMONT-DUVAL est la plus forte, comme en témoignent les publicités de l’époque.

En 1954, la famille DUMONT cède son commerce à DUVAL qui se retrouve propriétaire des deux liqueurs.

Trois générations de Duval se sont succédées à la tête du Noyau de Poissy avant de transmettre le flambeau à la société PAGÈS VÉDRENNE – en 1999, qui poursuit l’élaboration et la commercialisation des deux célèbres liqueurs.

 
Mentions légales